Aller au contenu

Accueil » Affaire bizarre d’Osijek : il a dû payer 11 400 kuna pour un délit, il s’est blessé au travail pour le bien commun, l’Etat lui doit désormais 100 000

Affaire bizarre d’Osijek : il a dû payer 11 400 kuna pour un délit, il s’est blessé au travail pour le bien commun, l’Etat lui doit désormais 100 000

  • par
Katarina Knežević

Un cas assez incroyable a été enregistré à Osijek, commençant par une infraction au code de la route et se terminant par 100 000 kunas en compensation. L’histoire a commencé lorsque l’homme de 40 ans qui dirigeait le portail Danica.hr identifie comme sûr Gabriela, n’a pas payé l’amende de 11 400 HRK pour une infraction au code de la route. Pour cela, il a reçu 76 heures de travail pour le bien commun au marché de la ville d’Osijek.

Il est apparu au marché à 7 heures du matin le jour où sa peine a commencé. Avec un autre travailleur Stéphane, ont pris un banc pliant en bois qu’ils ont dû transporter dans la cour pour peindre. Pendant qu’ils les transportaient, Gabriel est tombé sur les escaliers métalliques et a été grièvement blessé, alors l’ambulance est intervenue à 7h10.

L’ensemble de l’affaire s’est retrouvé devant le tribunal et, mardi, le juge a rendu une décision invalide appelant le ministère de la Justice à payer à Gabriel 70 000 kunas de dommages et intérêts, passant à environ 100 000 avec intérêts. Le jugement n’est pas encore définitif, le ministère a donc fait appel.

Il a subi plusieurs agressions

Vous devez lui payer 53 200 kunas pour violation des droits de la personne, 5 200 kunas pour les soins et les frais de procédure, que le ministère doit également payer 11 600 kunas. Avec intérêt c’est autour de 100 000 kuna, rapporte-t-il Danica.hr.

Le verdict indique qu’il a subi plusieurs blessures physiques dans la chute, « dont la plus grave était une fracture de la cheville gauche et une fracture de l’extension du tibia. En raison des blessures qu’il a subies, il a été détenu à l’hôpital pendant sept jours et opéré. »

Il a décrit comment l’accident s’est produit

Gabriel est un ouvrier du bâtiment qui a déjà travaillé dans la construction en Allemagne et en Italie, a six enfants et a décrit le déroulement de l’accident devant le tribunal. « Cet homme et moi avons pris la table et avons commencé à la porter. Je n’ai pas vu les escaliers car si je les avais vus, je ne serais pas tombé. Je n’ai vu aucun escalier car pourquoi devrais-je me suicider en vain », a-t-il déclaré.

En outre, l’arrêt précise que l’ouvrier avec lequel il transfère la banque dans un tel compartiment est généralement transféré par lui-même, mais aussi que les registres du marché d’Osijek ont ​​été consultés pour le compte du condamné, ce qui montre qu’ils ont été enregistrés 07 : 10, donc il a travaillé 0,10 heure pour le bien commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.